Le Club Olympique Multisports de Bagneux propose à près de 4000 adhérents la pratique de 28 activités sportives dans 25 sports différents.

Menu principal

Sections sportives

Section Gymnastique



Cliquez sur le logo, pour accéder directement au site
La section gymnastique du COMB vous propose différents groupes suivant votre âge et votre niveau.
Des questions sur l'activité gymnastique : santé, encadrement, inscriptions, technique... Quelques réponses ici...

Baby Gym (âge minimum : 18 mois)  

Pour contribuer au développement des enfants, quoi de plus naturel qu'une salle de gymnastique et la richesse de son matériel avec un encadrement qualifié qui s'adapte au rythme du petit, le sollicite et le stimule en lui proposant des jeux, des parcours divers et variés. Il s'épanouira par une progression de sa coordination, une amélioration de sa motricité et obtiendra une meilleur maîtrise de son corps dans l'espace.

Gymnastique Artistique féminine (GAF) et masculine (GAM) (âge minimum : 6ans)

Ce sont des sportifs qui s'entraînent de 4 à 10 heures par semaines pour se présenter aux compétitions FSGT et /ou FFG. Très loin des charges de travail de l'élite nationale (+25h/ semaine), les entraîneurs, bénéficiant d'une salle spécialisée avec fosse de réception, prennent donc le temps de former les gymnastes de notre club dans une ambiance à la fois conviviale et sérieuse, où la motivation reste l'élément moteur du progrès et de la réussite.
Notre club jouit d'une image enviée de ''jolie gym'' et classe régulièrement ses gymnastes parmi les meilleurs du département et de la région; certains gymnastes atteignent les finales nationales individuelles en FFG et/ou FSGT, et, plusieurs équipes se qualifient régulièrement aux finales fédérales FSGT. Notre club s'honore de plusieurs titres.
La carrière bien remplie, quand la vingtaine approche, ces jeunes, loin d'être rassasiés ou ''cassés'', se tournent vers la formation pour transmettre leur passion aux plus jeunes et seconder les entraîneurs brevetés.  Les petits en sont fiers, mais il n'y a pas qu'eux...
PORTE OUVERTE FIN SEPTEMBRE au gymnase Jean Guimier pour la confirmation des jours et des horaires de certains cours

Gymnastique Sportive Adulte (âge minimum : 15 ans)

La Gymnastique Sportive, avec 2 heures d'entraînement hebdomadaire, propose aux plus jeunes, après quelques exercices de renforcements musculaires indispensables, de découvrir et de développer les gestes gymniques les plus simples à tout les agrès... dans un groupe où les différentes catégories d'âge s'échaufferont ensemble pour éventuellement travailler ensuite par ateliers séparés. La progression n'y sera pas la plus rapide mais elle sera bien réelle.
Porte d'entrée pour les nouveaux adhérents, une motivation soutenue permettra ensuite de rejoindre les groupes compétitions sous réserve de place et de l'accord des entraîneurs.
La GSA (Gym Sportive Adulte) s'adresse aux gymnastes qui n'ont pas ou plus le temps de s'entraîner régulièrement à des fins compétitives et qui ont envie de contact avec les agrès. Ce cours est aussi ouvert aux sportifs qui souhaitent développer une dimension gymnique pour les examens notamment. L'aspect convivial très soutenu n'est que l'apparence d'un travail sérieux et sécuritaire.  

Gym d'entretien (âge minimum : tous les adultes)

Avec ce sport-santé à la mode, véritable contribution à la prévention contre les méfaits de la sédentarité, Sylvie et Corinne cherchent à maintenir les ressources physiques naturelles au plus haut de la forme pour le meilleur équilibre. Les plus jeunes et les toujours jeunes se retrouveront ensemble une ou plusieurs fois par semaine suivant la disponibilité ou la motivation de chacun.
Les cours sont ouverts à toutes et à tous.


Quelques réponses aux questions que l'on se posent souvent...

A quel âge faut-il commencer la gymnastique?

Beaucoup de jeunes commencent ce sport pour la première fois au collège ou au lycée. Mais, pour la gymnastique de compétition de haut niveau, un début dès l'école primaire est certainement un GRAND avantage. Hors de ce contexte particulier, la gymnastique se pratique et peut se débuter à tout âge tant qu'on la considère comme un sport de détente ou d'entretien (nos adhérents ont entre 3 ans et plus de 40 ans). Pour ceux que la compétition intéresserait, les catégories d'âges et la variété des compétitions permettent de concourir à des niveaux compatibles avec les performances de chacun, dans des groupes d'âges assez homogènes.

Est-il vrai que la gymnastique relentit la croissance et la puberté lorsqu'elle est pratiquée jeune et intensivement ?

De nombreuses études, souvent américaines, écartent l'idée d'une influence notable et surtout irréversible d'un sport quelconque sur le développement potentiel des jeunes, qui atteignent tous des tailles adultes dans les limites que la médecine sait prédire, sans considération du sport pratiqué. Si l'on persiste à croire que la gymnastique empêche de grandir, mieux vaut faire pratiquer le basket à un jeune que l'on veut voir devenir grand ! La raison pour laquelle on remarque (dans des compétitions de haut niveau) des gymnastes de taille plutôt en dessous de la moyenne est de même nature que celle pour laquelle on voit (encore dans des compétitions de haut niveau) des basketeurs et basketeuses plutôt grands : c'est leur morphologie qui convient mieux au haut niveau de compétition qu'ils pratiquent et non le sport qui les a maintenus petits ou qui les a fait grandir. Mais dans des niveaux moins sélectifs, on rencontre des gymnastes grands et des basketeurs petits. Il en va de même de la puberté, sur laquelle le sport en lui-même ne semble pas avoir une influence notoire. L'alimentation, le mode de vie extra-sportif et certains médicaments jouent dans ce domaine, comme dans celui de la croissance, un rôle bien plus évident que l'on attribue parfois hâtivement au sport lui-même. On ne peut cependant passer sous silence le fait que le sport, comme toute activité physique, modifie le métabolisme des jeunes comme celui des adultes, d'autant plus s'il est pratiqué intensivement et d'autant plus si c'est un sport aérobique (la gymnastique est considérée comme un sport anaérobique). Mais le retour à la "normale" s'opère très rapidement, dès que les charges d'entraînement diminuent.

Quand peut-on s'inscrire à la Section Gym du COMB ?

Notre saison s'étale d'octobre à juin. Comme nous pratiquons en groupes, mieux vaut débuter le plus tôt possible dans la saison. Mais nous sommes contraints de limiter le nombre de pratiquants, compte tenu des espaces et des crénaux horaires dont nous disposons, d'une part, de la sécurité que nous devons assurer aux activités, d'autre part, et enfin du niveau de qualité dans lequel nous voulons maintenir ces activités. Ainsi est-il recommandé de déposer un dossier en fin de saison  pour les renouvellements d'adhésion et pour les nouvelles adhésions de jeunes enfants. Les adhésions tardives de jeunes enfants et les adhésions d'adolescents et d'adultes peuvent s'effectuer dans l'inter-saison  auprès du Siège du COMB, et en début de saison , en fonction des places disponibles, auprès des responsables de l'activité, au gymnase Paul Eluard. L'intégration en cours de saison  reste possible en fonction des places disponibles, notamment pour les grands adolescents et les adultes dans des activités exculant la compétition.

Sur quels appuis se fonde l'activité gymnique du COMB ?

Quatre piliers soutiennent une activité de qualité, mise à portée de tous : - la Municipalité, via le COMB, qui met à disposition des infrastructures et des subventions sans lesquels la gymnastique à Bagneux ne connaîtrait ni l'audience ni le niveau qu'elle a atteints aujourd'hui; - une équipe de bénévoles qui anime et gère l'activité, les problèmes qu'elle peut rencontrer, les options qu'elle peut prendre ; - un noyau de professionnels qui assure la qualité et la sécurité de l'activité, secondé par des bénévoles motivés par l'encadrement ; - les adhérents, qui nous font confiance, favorisent l'assiduité aux entraînements et aux compétitions et... participent au budget nécessaire au déploiement de l'activité.

Qui encadre l'entraînement de nos enfants ?

Selon leur âge, leurs aptitudes et leur niveau, les enfants sont confiés en groupes aussi réduits que possible à des entraîneurs tous issus de la compétition et formés spécialement à l'encadrement par nos fédérations de tutelle. Tous exercent sous le contrôle d'un cadre diplômé d'état spécialisé en gymnastique présent en permanence dans la salle.

Quels critères prend-on en considération pour noter les gymnastes en compétition ?

L'habileté gymnique est divisée en cinq niveaux de difficulté. Ces niveaux sont échelonnés de "A", qui est le plus facile, à "E", le plus difficile. Chaque programme doit comporter un nombre minimum de difficultés d'un niveau donné selon le niveau de la compétition. Pour chaque programme, le gymnaste est crédité d'une note toujours inférieure au maximum possible. Chez les filles, les concurrentes commencent au maximum à 9,00, pour les niveaux de difficulté les plus hauts, tandis que les hommes commencent au mieux à 8,60. Les juges appliquent des déductions pour des imperfections dans l'exécution et pour les éléments manquants dans la composition de l'exercice. Le juge peut attribuer des points de bonification, jusqu'à 1,0 pour les femmes et 1,40 pour les hommes. Ainsi le programme parfait, y compris les points de bonification, atteint la marque de 10,00.

Comment s'établit le classement par agrès en compétition?

Les règles qui régissent le jugement en gymnastique sont dictées par la FIG (Fédération Internationale de Gymnastique). Dans les compétitions majeures, quatre à six juges se tiennent près de chaque agrès. Deux juges déterminent la note de base d'après les difficultés et les bonifications proposées par chaque gymnaste. Les quatre autres juges décomptent uniquement les pénalités de présentation (tenue, style, harmonie, rythme, technique, etc), d'exécution (pointes de pieds, flexions des genoux, corps relâché, rotations incomplètes, etc) et de composition des programmes (nombre et variété des difficultés, etc). Chacun des juges donne sa note indépendamment des autres et la moyenne de ces notes est retenue après élimination de la note la plus haute et la plus basse.

Comment l'ordre de passage aux agrès est-il déterminé en compétition ?

Selon le nombre de concurrents, la compétition est divisée en rotations de plusieurs gymnastes passant d'un agrès à l'autre. Ces rotations peuvent inclure un ou deux repos. Si le nombre de rotations est trop élevé, la compétition est divisée en plusieurs tours. Le déroulement des compétitions internationales est décidé par FIG. L'ordre olympique de la rotation de plus haut niveau est, pour les femmes : le saut, les barres asymétriques, la poutre et le sol, et, pour les hommes : le sol, le cheval d'arçons, les anneaux, le saut, les barres parallèles et la barre fixe. Les autres rotations, dans un même tour, sont décalées d'un agrès chacune par rapport à la précédente, et elles enchaînent les agrès dans l'ordre, à partir de leur agrès de départ.

Y a-t-il des données ou des recherches sur des problèmes de santé liés à la magnésie qu'utilisent les gymnastes ?

Selon les physiologistes, le carbonate de magnésium est une matière hydrosoluble inerte que le corps élimine normalement. Il ne semble pas avoir d'effets défavorables sur la plupart des sujets. Naturellement, certains peuvent éprouver une gêne dans un environnement où la densité de poussières de magnésie est particulièrement élevée. Plusieurs précautions permettent de réduire la densité de poussières :
un nettoyage régulier du gymnase
un nettoyage périodique des tapis
une utilisation de la magnésie au strict nécessaire la formation des gymnastes à la façon d'utiliser la magnésie pour réduire la poussière
l'utilisation de bacs à magnésie couverts
l'utilisation d'humidificateurs
une bonne ventilation (filtrée si possible)  

Retour Accueil Gymnastique

Les agrès féminins

LE SAUT DE CHEVAL

Le saut de cheval, en gymnastique féminine, regroupe quatre catégories, selon les diverses positions de corps et les mouvements définissant chaque catégorie. Chaque type de saut doit répondre aux exigences définies dans le code de pointage, le texte officiel donnant à chacun une valeur spécifique. Un saut réussi commence par une course vive et accélérée. Les meilleures au saut "explosent" sur le tremplin, élevant leurs pieds au-dessus de leur tête avec une grande rapidité pendant la phase d'envol, avant d'entrer en contact avec le cheval. Pendant la phase d'appui (quand la gymnaste repousse le cheval) les juges recherchent les positions de corps, d'épaule et de main appropriées et une répulsion instantanée. La seconde phase d'envol et l'atterrissage sont des moments critiques. Là se contrôlent la hauteur et la distance du saut, autant que le nombre de saltos et de vrilles. De plus, la gymnaste doit "fixer" son atterrissage, sans aucun rebond. En général, plus il y a de saltos et de vrilles, plus grande est la valeur de difficulté du saut. Le cheval pour le saut fait 1,20m de haut, 35 cm de large et 1,60m de long. Il est placé en position transversale par rapport à une piste qui fait 1m de large et 25m de long au maximum. Les tapis entourant le cheval font 12 cm d'épaisseur.

LES BARRES ASYMETRIQUES

Les barres asymétriques, une des plus spectaculaires prestations féminines, requièrent à la fois force, concentration, courage, coordination, précision et une synchronisation au dixième de seconde, ainsi que la recherche de grandes rotations qui commencent par des passages à l'équilibre sur la barre supérieure, avec de multiples changements de mains, des pirouettes et des éléments lâchés. Le programme s'exécute de la barre inférieure vers la barre supérieure, incorporant beaucoup de changements de prise, de lâchés et de rattrapages des barres, des éléments en vol, des changements de direction, des saltos et des rotations passant par la position d'équilibre. Le programme entier doit enchaîner un mouvement au suivant sans pauses, sans oscillations ou appuis superflus. Chaque programme doit comporter deux éléments lâchés. La barre inférieure doit être ajustée à 1,48m du sol, plus ou moins 3 centimètres, tandis que la barre supérieure se situe à 2,28m du sol, plus ou moins 3 centimètres. Les barres ne peuvent être espacées de plus de 150cm l'une de l'autre.

LA POUTRE

Le programme sur poutre dure entre 70 et 90 secondes et doit couvrir la longueur entière de l'agrès. La gymnaste doit exécuter des mouvements acrobatiques, gymniques et de danse pour créer les points forts de l'exercice consistant en deux éléments ou plus exécutés en série. Un exemple de série acrobatique pourrait être une rondade, flip, salto arrière. Une série gymnique pourrait se composer d'un pivot suivi d'un saut écart. Il y a quelques exigences particulières à la poutre : une série acrobatique comprenant au moins deux éléments de vol, un pivot sur une jambe d'au moins de 360 degrés, un saut ou un écart de grande amplitude, une série gymnique et acrobatique, une série gymnique et un élément proche de la poutre. L'exécution globale devrait donner l'impression que la gymnaste évolue au sol et non sur une bande 10cm de large. Elle doit veiller à varier le rythme de son programme, changer de niveau (entre une position contre la poutre et une le plus éloigné possible) et mêler harmonieusement les éléments gymniques et acrobatiques. La poutre se tient à 1,20m de hauteur et mesure 5m de long sur 10cm de large.

LE SOL

Le programme au sol doit être chorégraphié en musique, sur toute la surface du praticable, pour une durée de 70 à 90 secondes. La gymnaste doit utiliser les éléments acrobatiques et gymniques pour créer les points forts de l'exercice. Ceux-ci incluent deux séries acrobatiques, une avec au moins deux saltos dans différentes directions, une série acrobatique et gymnique et une série gymnique. Dans sa prestation, la gymnaste doit assembler harmonieusement ces éléments tout en faisant un usage varié de la surface au sol en changeant la direction et le niveau de ses mouvements. La grâce peut être rendue par des mouvements théâtraux, mais recherchés à la manière d'une danseuse, dans le rythme, la musique et l'espace. Les éléments de gymnastique doivent s'enchaîner librement pendant que les sauts couvrent des distances impressionnantes et que les pirouettes et les pivots ajoutent à l'émotion musicale. La zone d'exercice est de 12m sur 12.

Les agrès masculins

LE SOL

La surface entière du praticable doit être utilisée pendant l'exercice, qui consiste principalement en passages culbutés exécutés dans différentes directions. Des séries acrobatiques doivent être proposées, dont au moins une vers l'avant et une vers arrière, qui ne peuvent pas être répétées durant tout le programme. Celui-ci doit également comporter un élément d'équilibre sur une jambe ou un bras, tenu pendant deux secondes, de valeur "B" au minimum. Les difficultés intermédiaires et mouvements gymniques exécutés entre les séries doivent se faire en rythme et en harmonie. L'exercice dure de 50 à 70 secondes. Aujourd'hui, les programmes au sol se composent d'exercices d'un jaillissement dynamique que seule le trampoline permettait il y a quelques années. Les meilleurs gymnastes alternent ces passages avec des difficultés substantielles, multipliant saltos et vrilles à la fin de leurs programmes. La zone d'exercice est de 12m sur 12.

LE CHEVAL D'ARCONS

L'exercice doit couvrir chacune des trois parties du cheval, le milieu et des deux extrémités, en effectuant des mouvements circulaires continus interrompus seulement par les éléments de ciseaux obligatoires. Des passages par la position d'équilibre, avec ou sans rotation, sont autorisés. La seule partie du corps admise à toucher l'appareil est les mains. L'exercice entier doit s'écouler avec un rythme régulier et contrôlé. Considéré par beaucoup comme étant le plus difficile des éléments de la gymnastique masculine, le cheval d'arçons est également le plus subtil. Chaque mouvement est défini par des placements de mains et des positions du corps complexes. La difficulté tient en deux facteurs. D'abord, le gymnaste effectue des déplacements qui sont principalement faits de mouvements circulaires dans un plan horizontal. En second lieu, il exécute la majeure partie de chaque mouvement sur un seul bras tandis que la main libre atteint un arçon ou une autre partie du cheval pour enchaîner la figure suivante. Les longues séries de rotations mains en arrière sont recherchées et les placements de mains doivent être rapides mais calmes et rythmés. Le cheval d'arçons atteint 1,15m dans sa plus grande hauteur et mesure en lui-même 1,60m de long et 35cm de large.

LES ANNEAUX

L'exercice aux anneaux doit toujours inclure au moins deux équilibres - l'un atteint par un mouvement avant, l'autre par un mouvement arrière. Un élément de force au moins doit être tenu pendant deux secondes. Des éléments de force peuvent être, par exemple, une croix, une croix inversée ou une planche. Une croix est exécutée corps vertical ou à l'équerre, les bras étirés perpendiculairement au corps. Une planche est une position plate du corps, parallèle au sol, au-dessus des anneaux. Les anneaux doivent demeurer stables pendant tout le programme. Des déductions seront comptées pour les oscillations inutiles et l'instabilité des positions. Beaucoup de gymnastes combinent aujourd'hui la force aux éléments balancés, et réciproquement, pour des points de bonification de combinaison et pour atteindre la valeur maximum de départ de cotation de leur prestation. Les anneaux sont le moins stable des agrès masculins. L'immobilité et la position adéquate du corps durant les exercices de force sont primordiaux. Ceux qui maîtrisent le mieux l'agrès montreront une dextérité extraordinaire en arrivant dans tous les tenus avec une précision absolue. Les anneaux doivent être absolument immobiles et contrôlés à la fin de chaque mouvement. Le corps doit être droit, sans courbure, et les bras doivent être vigoureux et forts, sans tremblement. Lors des éléments de force, le gymnaste doit entrer directement dans la position appropriée en exécutant sa croix ou sa planche, fixer solidement sa position pendant au moins deux secondes et entrer ensuite avec facilité dans la partie suivante. Pendant les éléments balancés, il garde son corps tendu et marque franchement les équilibres. L'élément porteur des anneaux est haut de 5,75m. Les câbles et les lanières auxquels les anneaux sont attachés sont longs de 3m en tout et espacés de 50 cm. Les tapis formant l'aire de réception ont de 18 à 20 cm d'épaisseur, comme aux barres fixes et au saut.

LE SAUT

Chaque saut est catégorisé dans le Code de pointage, le texte officiel donnant une valeur pour chaque difficulté exécutée. Pendant la préparation de l'envol, du tremplin au cheval, le gymnaste doit s'élever de la taille de son corps après avoir repoussé le cheval, parcourant une distance minimum de 2,5 m. Il ne doit pas dévier de l'axe longitudinal du cheval. La réception doit être ferme, sans sursaut, et en alignement avec le cheval, le tremplin et la piste d'élan. Le cheval et la piste d'élan sont les mêmes pour les hommes que pour les femmes, mais sa longueur est placée dans l'axe de la piste. Un bon saut est parfois décrit comme un "grand" saut. La hauteur du saut, sa longueur (quoique des points de bonification ne soient plus attribués pour une distance exceptionnelle), son accélération globale et l'impact d'une réception impeccable créent la meilleure impression sur les juges.

LES BARRES PARALLELES

Un programme de barres parallèles se compose principalement d'éléments rotatifs et oscillatoires et de lâchers de barres. Des moments de force peuvent être introduits bien qu'ils ne soient pas exigés et le gymnaste doit s'assurer qu'il n'y a pas plus de trois arrêts ou positions tenues pendant son programme. Le gymnaste doit exécuter deux éléments balancés, un en support et un suspendu. Le gymnaste doit également accomplir une difficulté dans laquelle les mains lâchent puis rattrapent les barres. Bien que ce ne soit pas obligatoire, quelques bons gymnastes évoluent à l'extérieur des barres, exécutant des équilibres et des balancements sur une seule barre. Lorsqu'ils sont bien exécutés, ces mouvements dénotent une bonne performance. Les difficultés les plus grandes exigent du gymnaste qu'il perde de vue un moment les barres, comme dans les doubles saltos avant ou arrière. Plus ces difficultés s'enchaînent (sans se répéter), plus le programme est jugé difficile et plus de bonifications lui sont attribuées. Les barres parallèles se tiennent à 1,95m du sol. Elles mesurent 3,50m de long et peuvent être séparées de 42 à 52cm.

LA BARRE FIXE

Le programme de barre fixe consiste exclusivement en une suite ininterrompue d'oscillations et de rotations autour de la barre. Les parties du programme sont généralement de grandes rotations, avec des variantes plus spécifiques s'appliquant aux changements de prise de mains, de direction et de position du corps. Le gymnaste doit exécuter au moins un mouvement dans lequel il lâche puis rattrape la barre, au moins un élément passant sous la barre avec les deux mains en ancrage inversé ou dans un passage en rotation arrière, une grande rotation dorsale dans laquelle la prise de barre s'effectue les pouces dirigés vers l'extérieur du corps. Le gymnaste doit également exécuter une difficulté lâchée comme le stalder. Les difficultés de plus haut niveau comporteront de multiples mouvements lâchés. Des points de bonification sont attribués aux enchaînements de mouvements de haut niveau. La barre est fixée à 2,75m du sol. Elle mesure 2,8m de long et 2,8 cm de diamètre  

Retour Accueil Gymnastique